P L A G E S

 

Sur les côtes entourant Porto Covo, se trouvent quelques unes des plus belles plages du pays...

Ce sont de petites plages entourées de falaises et de rochers,

baignée par une mer restée dans son état naturel et sauvage:

         Désolé, votre navigateur ne supporte pas le Java(tm).

Pavillon Bleu d'Europe Un Symbole de Qualité (pour en savoir plus...)

Cette distinction est attribuée annuellement aux plages qui respectent un ensemble de critères en relation avec 
la protection de l'environnement, la sécurité et le confort de ses usagers.


PLAGES DE PORTO COVO ET ENVIRONS

 

À l'intérieur des limites du «Parc Naturel du Sud-ouest Alentejanais», au sud de Sines, se trouve la petite et paisible localité de Porto Covo ainsi qu’un ensemble d'agréables plages protégées du vent par les falaises d’une côte escarpée.
Les premières plages que nous rencontrons depuis Sines sont de petites criques de sable fin le long de la côte rocheuse et découpée, où on se retrouve dans une ambiance accueillante et tranquille; elles sont peu fréquentées et bien abritées avec de bonnes conditions sanitaires. Ce sont les plages de Samoqueira, du Cerro da Águia, entre deux falaises; du Salto, fréquentée par les naturistes, et celle de Cerca Nova, déjà plus proche des premières maisons de Porto Covo. De superficie plus étendue que les précédentes, elle est partagée en deux par un grand rocher.
A l’entrée du village de Porto Covo, accessible par un escalier, nous trouvons la plage "urbaine" du village: Praia Grande, qui, comme son nom l’indique, est de plus grandes dimensions et plus fréquentée. On y trouve un bar, un restaurant, service de location de parasol et tous les services de premier secours et sanitaires. La mer se montre parfois agitée et la température de l'eau est presque toujours froide, mais ce n’est pas une plage dangereuse.
Entre les escarpes que la mer s'ouvre dans la roche qui forme le plateau supportant Porto Covo, nous trouvons une série de petites plages peu fréquentées: celle d'Espingardeiro, où à marée basse se forme une petite piscine naturelle d'eau salée; la Praia Pequena et celle de la Gaivota, petites criques presque siamoises, et la Plage des Buizinhos, au bout du village et près du mirador, la seule orientée au sud et de plus abritée du vent. Accessible par des escaliers, elle abonde de Búzios (bulots ou buccins), d’où son nom, et très fréquentée par les pêcheurs sous-marins.
En continuant vers le sud, à moins de deux milles marines de Porto Covo, nous trouvons la Plage de Pessegueiro, qui déjà se distingue, par sa dimension, des plages que nous avons laissées derrière. La plage se trouve en face de la petite île du Pessegueiro, habitée déjà par les Carthaginois et les Romains pendant des siècles, abri de pirates et occupée plus tard par un fort, aujourd'hui en ruines. 
En été, un bateau fait la navette entre Porto Covo et l’île, offrant la possibilité de réaliser une visite guidée aux nombreux vestiges archéologiques que nous pouvons encore y découvrir.
Les cavités et les grottes sous-marines qui découpent le profil de l'île en font un endroit privilégié pour les amateurs de pêche sous-marine. En Hiver les eaux sont habituellement très claires, surtout quand le vent souffle de l'Est.
La plage, de son côté, offre toutes les commodités, restaurant bar, etc. A marée basse, il est possible d'arriver à Porto Covo par un chemin parallèle à la côte. Quand la marée monte on ne peut aller que par la route à la sortie du village.
En continuant par ce chemin, plus loin que la Plage de Pessegueiro, nous arrivons à un chemin de terre qui nous amène jusqu'à la plage de Aivados. C’est une longue grève sauvage, avec beaucoup de rochers et sans surveillance, qui s'élargit jusqu'à pénétrer dans la commune d'Odemira.